Reference : En écho à l’œuvre makinienne, une brève lecture de « La vie poétique » à travers l’ét...
Scientific Presentations in Universities or Research Centers : Scientific presentation in universities or research centers
Arts & humanities : Literature
http://hdl.handle.net/10993/52433
En écho à l’œuvre makinienne, une brève lecture de « La vie poétique » à travers l’étude de la constitution de la mémoire autobiographique chez Jean Rouaud
French
Freyermuth, Sylvie mailto [University of Luxembourg > Faculty of Humanities, Education and Social Sciences (FHSE) > Department of Humanities (DHUM) >]
2-Jul-2021
International
LA COGNITION HUMAINE CHEZ ANDREÏ MAKINE Journées d’étude – LSRS – Luxembourg 1-2 juillet 2021
01-07-2021 and 02-07-2021
LSRS
Luxembourg and Webex
Luxembourg
[en] études littéraires cognitives ; Jean Rouaud ; mémoire autobiographique
[en] Dans de remarquables travaux consacrés à l’œuvre complète d’Andreï Makine / Gabriel Osmonde (2019) qui l’ont, entre autres, amenée à forger le concept inédit de transbiographie dans une approche cognitive de la littérature, Diana Mistreanu montre de manière convaincante l’influence déterminante que peut avoir un trauma vécu par un auteur sur le processus de sa propre écriture.
Il m’est apparu nettement qu’un parallèle pouvait être établi entre ce qui fonde l’œuvre d’Andreï Makine / Gabriel Osmonde et ce qui homogénéise celle de Jean Rouaud, lui aussi victime d’un profond trauma qui ne cesse de s’actualiser sous forme d’avatars, au cours de trente années d’écriture. D’un point de vue générique, les deux premiers cycles de création littéraire roualdienne sont inclassables : ils ne sont ni autobiographiques, ni autofictionnels, quoiqu’ils donnent à voir des indices qui permettraient de rattacher les textes de la période 1990-2010 à ces deux catégories. Ils faut attendre 2014 et le volume 3 de La Vie poétique pour voir apparaître le terme autobiographie dans la phrase incipit d’Un peu la guerre. Or l’étude des œuvres antérieures en relation avec le troisième cycle d’écriture me pousse à remettre en cause la qualification d’autobiographie au sens (devenu classique) du terme tel que l’explicite Lejeune. Par conséquent, mon analyse de fondera sur une approche cognitive, étayée notamment par les travaux de Martin Conway et ceux de Romain Coutelle, afin de tenter de comprendre de quelle manière a pu se constituer la mémoire autobiographique de Jean Rouaud.
Luxembourg Centre for Religion and Society (LSRS)
Researchers ; Students
http://hdl.handle.net/10993/52433

There is no file associated with this reference.

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBilu are protected by a user license.