Reference : Patrice Chéreau en marge de la bienséance classique : Le « Récit de Théramène » dans ...
Scientific congresses, symposiums and conference proceedings : Unpublished conference
Arts & humanities : Performing arts
Educational Sciences
http://hdl.handle.net/10993/48960
Patrice Chéreau en marge de la bienséance classique : Le « Récit de Théramène » dans sa mise en scène de Phèdre de Jean Racine (2003, Ateliers Berthier, Théâtre de l'Odéon, Paris)
French
Deregnoncourt, Marine mailto [University of Luxembourg > Faculty of Humanities, Education and Social Sciences (FDEF) > Department of Humanities (DHUM) >]
14-Dec-2020
Yes
Yes
National
Séminaire doctoral transdisciplinaire 2020-2021 : Marge(s)
14-12-2020
ICI DOC'. Association des doctorants de l'Université de Lorraine
Metz
France
[en] Quand il met en scène, en 2003, aux Ateliers Berthier (Théâtre de l’Odéon, Paris, XVIIème), Phèdre de Jean Racine, Patrice Chéreau revient sur le devant de la scène théâtrale en souhaitant contemporanéiser une œuvre considérée, depuis l’année de sa parution (1677), comme la « quintessence de la tragédie française » . Cette volonté d’inscrire cette pièce dans le présent de la création artistique passe notamment par sa lecture singulière du « Récit de Théramène », lequel narre la mort d’Hippolyte. En effet, Patrice Chéreau entend s’opposer à la tradition littéraire de l’énonciation, sous forme d’hypotypose, par une tierce personne - en l’occurrence Théramène, gouverneur du jeune prince - et proposer ainsi une monstration pleinement assumée du corps ensanglanté, morcelé et déchiqueté du corps d’Hippolyte. Reliquat et objet de tous les désirs, le corps atrophié du jeune prince, autour duquel l’intrigue s’est construite, paraît au vu et au su de tous, acteurs comme spectateurs. À l’égard du texte racinien, ce corps apparaît excessif et en surplus vis-à-vis de l’action scénique. Dès lors, un tel parti pris, en marge de la tradition, mérite d’être interrogé, car il remet entièrement en perspective la question de la bienséance classique. Afin de le démontrer, notre réflexion sera divisée en deux parties. La première s’axera précisément sur la bienséance, caractéristique de l’esthétique classique. Dans le cas de ce récit anthologique, nous verrons que Jean Racine se joue lui-même des codes en se référant davantage à Sénèque qu’à Euripide. Le second temps de notre étude cherchera à appréhender le positionnement radical de Patrice Chéreau face à ces présupposés pour, in fine, tenter de comprendre comment ce metteur en scène rompt avec la doctrine classique et offre, par là même, une vision novatrice et inédite - qui deviendra emblématique - de Phèdre de Jean Racine
http://hdl.handle.net/10993/48960
https://www.theatresdumonde.com/wp-content/uploads/2021/04/Sommaire-du-N%C2%B029.pdf

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
Proposition et Texte de présentation.pdfAuthor preprint163.16 kBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBilu are protected by a user license.