References of "Geraets, Anouk 50044569"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
See detailLa consommation de Cannabis chez les jeunes d’âge scolaire (12-18 ans) au Luxembourg - Résultats de l'enquête HBSC de 2018
Catunda, Carolina UL; Heinz, Andreas UL; Geraets, Anouk UL

Report (2022)

Le cannabis est considéré comme la substance illicite la plus fréquemment consommée dans le monde. Sa consommation est jugée particulièrement dangereuse si elle est fréquente, fortement dosée et commence ... [more ▼]

Le cannabis est considéré comme la substance illicite la plus fréquemment consommée dans le monde. Sa consommation est jugée particulièrement dangereuse si elle est fréquente, fortement dosée et commence à l'adolescence. En raison de ses effets nocifs sur la santé et la société, ce rapport a pour objectif d’examiner le nombre de jeunes qui consomment du cannabis au Luxembourg, ainsi que les facteurs sociodémographiques, de risque et de protection associés à cette consommation, afin d'illustrer les possibilités d'interventions promotion de la santé et de prévention de comportement addictifs. Les données présentées proviennent de l'enquête Health Behaviour in School-aged Children - HBSC de 2018. L’analyse porte sur les données de 6 880 jeunes de l‘enseignement secondaire âgés de 12 à 18 ans. Pour répondre à l’objectif, les jeunes ont été répartis en 3 groupes : 1) les jeunes qui n'ont jamais consommé du cannabis ; 2) les jeunes qui ont consommé du cannabis dans leur vie, mais pas au cours des 30 derniers jours (consommation passée) et ; 3) les jeunes qui ont consommé du cannabis au cours des 30 derniers jours (consommation actuelle). Les analyses descriptives montrent que parmi les participants, 82 % n'ont jamais consommé du cannabis, 9 % en ont consommé dans le passé et 9 % en consomment actuellement. À l’aide des analyses de régression logistique multinomiales, le lien entre la consommation de cannabis et une série de variables sociodémographiques, des comportements à risque, le soutien social, le milieu scolaire et la santé et le bien-être a été analysé, afin d'explorer les facteurs sociodémographiques, de risque et de protections associés à la consommation de cannabis. Les seuls facteurs qui restent significatifs pour la consommation de cannabis sont l'âge, le genre, la situation familiale, la consommation de tabac, la consommation d'alcool, la participation à des bagarres, la perception du soutien de la part des parents et des enseignants par les élèves. Toutefois, l'âge et la consommation actuelle de tabac sont les facteurs les plus importants. Ainsi, en ce qui concerne les facteurs sociodémographiques, les garçons, les adolescents les plus âgés et ceux qui ne vivent pas avec leurs deux parents sont plus enclins à faire partie des groupes qui ont consommé du cannabis. L’augmentation des comportements à risque (fréquence plus élevée de consommation de tabac, d'alcool et de participation à des bagarres) se traduit par une plus grande probabilité de consommation de cannabis. De plus, les jeunes qui ont un comportement à risque ont tendance à opter pour d'autres comportements à risque. En revanche, le soutien perçu de la famille et le soutien perçu des enseignants sont des facteurs protégeant de la consommation de cannabis. Ainsi, les élèves qui se sentent soutenus par leurs parents et leurs enseignants sont moins enclins à consommer du cannabis. Il est donc pertinent d'adapter les méthodes de prévention de la consommation de cannabis en fonction de l'âge et du genre, et d’axer les approches de prévention sur ceux qui considèrent sa consommation comme l’un des éléments d'un comportement à risque global plutôt que celles ciblant uniquement cette substance. En effet, les modèles de prévention qui visent à promouvoir un comportement global plus soucieux de la santé semblent être plus efficaces. [less ▲]

Detailed reference viewed: 63 (21 UL)
Full Text
See detailProblematische Nutzung sozialer Medien von Kindern und Jugendlichen im Schulalter in Luxembourg – Ergebnisse der HBSC Umfrage 2018
Geraets, Anouk UL; van Duin, Claire UL; Catunda, Carolina UL et al

Report (2022)

Insbesondere unter Jugendlichen hat die Nutzung sozialer Medien in den letzten Jahren zugenommen. Wenn die Nutzung Merkmale einer Sucht aufweist (z.B. Gewöhnung und sozialer Rückzug), dann wird von einer ... [more ▼]

Insbesondere unter Jugendlichen hat die Nutzung sozialer Medien in den letzten Jahren zugenommen. Wenn die Nutzung Merkmale einer Sucht aufweist (z.B. Gewöhnung und sozialer Rückzug), dann wird von einer problematischen Nutzung sozialer Medien gesprochen – im Folgenden PSMU genannt. Dieser Kurzbericht gibt einen Überblick darüber, wie häufig PSMU unter luxemburgischen Schülern vorkommt und welche Merkmale mit einem höheren Risiko für PSMU einhergehen. Dazu wurden Daten der luxemburgischen Health Behavior in School-aged Children (HBSC)-Studie 2018 ausgewertet, an der 8 687 Jugendliche im Alter von 11 bis 18 Jahren teilnahmen. Laut dieser Umfrage liegt die Häufigkeit von PSMU in dieser Altersgruppe bei 5,9 %. Eine Reihe von Merkmalen aus den Bereichen Soziodemografie, soziale Unterstützung, Wohlbefinden und Mediennutzung wurden als potenzielle Risikofaktoren untersucht. PSMU tritt häufiger bei Mädchen und jüngeren Schülern sowie bei Schülern mit Migrationshintergrund auf. Bei Schülern, die bei beiden Elternteilen aufwachsen, ist PSMU seltener im Vergleich zu Schülern, die bei Alleinerziehenden oder in anderen Familienkonstellationen aufwachsen. Ein Vergleich der Risikofaktoren hat ergeben, dass das Alter, Cybermobbing, Stress, psychosomatische Beschwerden, eine Vorliebe für Online-Interaktion und die Intensität der Kommunikation über elektronische Medien die wichtigsten Risikofaktoren sind. Das Risiko für einen problematischen Umgang mit sozialen Medien ist somit höher bei jüngeren Schülern; Schülern, die andere online mobben; gestressten Schülern; Schülern mit häufigen psychosomatischen Beschwerden; Schülern, die Online-Kommunikation gegenüber einer Kommunikation in der realen Welt vorziehen sowie Schülern, die elektronische Medien generell häufig nutzen. Speziell zur Prävention von PSMU haben sich noch keine Maßnahmen etabliert, aber es gibt gut erforschte Maßnahmen zur Prävention von Internetsucht, die sich in abgewandelter Form möglicherweise auch bei PSMU eignen. [less ▲]

Detailed reference viewed: 35 (7 UL)