Reference : Exploiting linguistic resources for self-employment: Workplace practices and language...
Dissertations and theses : Doctoral thesis
Arts & humanities : Languages & linguistics
http://hdl.handle.net/10993/22075
Exploiting linguistic resources for self-employment: Workplace practices and language use of Thai immigrant entrepreneurs in the German periphery
English
Serwe, Stefan Karl mailto [University of Luxembourg > Faculty of Language and Literature, Humanities, Arts and Education (FLSHASE) > Education, Culture, Cognition and Society (ECCS) >]
2-Sep-2015
University of Luxembourg, ​Luxembourg, ​​Luxembourg
University of Geneva, ​Geneva, ​​Switzerland
Docteur en Sciences du Langage
364
de Saint-Georges, Ingrid mailto
Filliettaz, Laurent mailto
Budach, Gabriele mailto
Bronckart, Jean-Paul mailto
Duchêne, Alexandre mailto
Lorente, Beatriz mailto
Losa, Stefano mailto
[en] Mediated Discourse Analysis ; immigrant entrepreneurship ; language & work ; linguistic repertoire ; language & migration ; sociolinguistics ; second language socialization ; linguistic trajectories ; adult education ; workplace learning
[en] This thesis is about immigrants in self-employment in Germany. More specifically, it is about immigrants who make a culturally-endowed practice or knowledge economically available in their new home. These immigrant business owners are generally referred to as ethnic entrepreneurs. Yet, according to research and widely-held public opinions in Germany, a problem that hampers the success of these businesses is the owner's lack of proficiency in the German language, which apparently impedes them from accessing institutional support and from offering their services to the majority population. However, the ways that language competence actually affects the entry of immigrants into self-employment and the execution of their daily work as business owners has received only insufficient attention, including from a sociolinguistic perspective.
Hence, this thesis aspires to examine the pathways of immigrants into self-employment and how these pathways are shaped by the owners' language knowledge. Secondly, by analysing the workplace practices in close empirical detail, it aims to understand how the owners' language knowledge impacts the execution of their work and whether these practices constitute sites of language learning for the owners. Thirdly, it intends to document the challenges that the business owners face at their workplaces, in order to understand to what extent they are due to insufficient levels of language knowledge.
In order to answer these research questions, this study focuses on three businesses owned and operated by first-generation female immigrants from Thailand in the federal state of Saarland in southwest Germany. Businesses by Thai immigrants are particularly interesting for the purposes of this investigation, because they have flourished in recent years and because they offer their services in markets that target the majority, primarily German-speaking population.
The ventures are typical examples of ethnic small businesses created by Thai immigrants in Germany: Thai massage salons and food retails stores. The first is a large Thai massage salon run by Kanita, the second a small Thai massage salon managed by Patcharin, and the third business is a food retail store owned and operated by Wipa. The three owners (and their staff) differ in terms of their competence in German. Kanita has only minimal competence in German, Patcharin has partial competence, while Wipa has maximum competence in the language.
The analysis of the pathways into self-employment of these three owners exhibits a number of similarities. In all three cases, their migration to Germany was triggered by marriage to a German national. Previously, they all had professional careers which were directly connected to their appropriation of English, a language that later enabled communication with their German husbands. While their move to Germany was generally motivated by prospects of a better future, they were unable to find work due to a lack of German proficiency. German was primarily learned informally. Informal learning was fostered by their prior experience of language learning, their individual engagement in the form of self-study and reflexivity, a deliberate exposure to German through media, and their engagement with native speakers in practices towards which that they had developed an affinity. Interestingly, these practices were either their previous professional practices or activities that they took up after migration and later on developed into their own businesses.
Realising the demand for their services in the open market and among the majority population kindled Kanita's, Patcharin's and Wipa's flame to enter self-employment. They deliberately adapted their services to the requirements of their customers, but also in reaction to prejudices about their professions. The support of their husbands and other associates was also significant, as they handled tasks that were difficult to perform linguistically, as, for example, the registration of the businesses and the preparation of administrative paperwork. In sum, these findings suggest that an advanced standard level of German was no prerequisite for these owners to enter self-employment, but that the prospects of engaging in self-employed work acted as an incentive to improve their German language skills.
A detailed analysis of the workplace practices at Kanita's Massage Salon shows that working with minimal competence in German is possible, but that its success depends on several factors. To complete their workplace actions, Kanita and her staff draw on both resources in their linguistic repertoires, Thai and German. In addition, all workplace actions are designed as routine actions with discursive routines that all staff members are able to master quickly. Their successful accomplishment also depends on the customers' familiarity with these actions. Therefore, formal inconsistencies in German do generally not impede the performance of work, but problems are primarily due to the staff's or the customer's inexperience with the routines. If problems occur, they tend to be solved in cooperation with colleagues or by drawing on the material resources available to the staff members.
In comparison to Kanita, Patcharin and her staff have partial competence in German, which is instrumental for the performance of the key practices at their workplace. The analysis shows that their restricted competence in German is important for their work, as it provides the tools for Patcharin and her staff to perform discursive practices during the massage treatment, such as finding out about their clients' health problems, building rapport with clients, giving instructions or clarifications about the treatment, or providing assessments of their customers' health issues. Talk is an important part of the massage treatment at Patcharin's salon and it aids to construct the professional identity that Patcharin claims for herself, namely to provide a high-quality and personalised service to her customers. Thai is less relevant, but in interactions between Patcharin and her staff it serves to exchange information and coordinate work.
Wipa has maximum competence in German and Thai, which allows her to manage her store and serve her customers independently and competently in line with her professional aspirations. The key practices at her store of explaining and ordering stock illustrate how Wipa relies on both the use of Thai and German to effectively perform these actions. Her maximum competence in German and in Thai permits her to make 'rational' choices about the suitability of her suppliers and to provide her customers with advice that is tuned to their linguistic and cultural background.
The conclusions drawn from these findings are that an advanced competence in German in not a prerequisite for immigrant entrepreneurs to start their businesses. The owners attune their workplace actions to the level of competence in their linguistic repertoires and operate effectively. Moreover, self-employed work provides the owners with the necessary motivation and the need to appropriate German. On the other hand, the data suggest that a greater proficiency in German becomes important, if the immigrant entrepreneur wants to differentiate her business from direct competitors, as it allows them to move beyond the concrete performance of routine actions.
[fr] Cette thèse a pour sujet les immigrés établis professionnellement à leur compte en Allemagne. Elle concerne plus précisément les immigrés qui rendent une pratique ou un savoir chargé culturellement abordable dans leur nouveau foyer. On qualifie généralement ces immigrés chefs d’entreprises d’entrepreneurs ethniques. Cependant, selon les recherches et selon l’opinion publique largement répandue en Allemagne, le manque de maîtrise de l’allemand de ces entrepreneurs serait une entrave sérieuse à leur succès. Cela les empêcherait visiblement d’avoir accès aux appuis institutionnels et de proposer leurs services à une large part de la population. Toutefois, la façon dont les compétences langagières affectent effectivement l’accès des immigrés à l’entrepreneuriat ainsi que l’exécution de leur travail quotidien en tant que chefs d’entreprise n’a reçu que peu d’attention, y compris du point de vue de la sociolinguistique.
Par conséquent, nous souhaitons tout d’abord étudier l’accès à l’entrepreneuriat des immigrés ainsi que la façon dont cet entrepreneuriat est façonné par leurs compétences linguistiques. Dans un deuxième temps, nous analyserons empiriquement et dans le détail les pratiques professionnelles afin de comprendre non seulement dans quelle mesure les compétences linguistiques des entrepreneurs impactent la réalisation de leurs tâches professionnelles mais aussi si ces tâches professionnelles sont une manière d’acquérir des compétences linguistiques. Dans un troisième temps, il s’agira d’analyser les défis auxquels sont confrontés les entrepreneurs sur leurs lieux de travail, afin de comprendre dans quelle mesure ces obstacles sont dus à des niveaux de langue insuffisants.
Pour répondre à ces questions de recherche, nous allons orienter essentiellement notre étude sur l’analyse de trois entreprises tenues et exploitées par trois femmes issues de la première génération d’ immigrés thaïlandais dans l’état fédéral de la Sarre. Ces entreprises tenues par des immigrés thaïlandais sont particulièrement intéressants pour notre étude non seulement car elles sont devenues plus nombreuses ces dernières années mais aussi parce qu’elles proposent leurs services sur un marché qui cible prioritairement et majoritairement la population germanophone.
Ces entreprises sont des exemples typiques de petits commerces créés par des immigrés thaïlandais en Allemagne : les salons de massages thaïlandais et les magasins d’alimentation. Le premier commerce est un grand salon de massage thaïlandais tenu par Kanita, le deuxième est un petit salon de massage thaïlandais dirigé par Patcharin et le troisième est un magasin d’alimentation détenu et exploité par Wipa. Les trois chefs d’entreprise (et leur personnel) ont des compétences linguistiques différentes en allemand. Kanita ne possède que des compétences linguistiques minimum en allemand, Patcharin maîtrise l’allemand de façon partielle alors que Wipa possède de solides compétences linguistiques.
L’analyse de l’accès à l’entrepreneuriat de ces trois chefs d’entreprise montre un certain nombre de similitudes. C’est en épousant un allemand que les trois femmes ont immigré en Allemagne. Auparavant, elles avaient toutes les trois une carrière professionnelle où une bonne connaissance de l’anglais était indispensable. C’est d’ailleurs en anglais que les trois femmes communiqueront par la suite avec leurs maris. Alors que leur emménagement en Allemagne était motivé par l’espoir d’une vie meilleure, elles ont été incapables de trouver un emploi du fait de leur manque de compétences en allemand. L’allemand a d’abord été appris de façon informelle. L’apprentissage informel a été favorisé par leur expérience préalable de l’apprentissage d’une langue étrangère, leur engagement individuel par le biais de l’auto-apprentissage et d’une approche introspective, une exposition délibérée à l’allemand à travers les médias et leur engagement auprès de natifs (de langue maternelle allemande) dans des activités pour lesquelles elles ont développé des affinités. Il est intéressant de noter qu’il s’agissait soit d’une activité professionnelle déjà exercée par le passé, soit d’activités vers lesquelles elles se sont tournées après leur immigration, et dont elles ont ensuite fait leur propre profession.
C’est en réalisant qu’il y avait une demande pour leurs services dans un marché ouvert et parmi une majorité de la population que la flamme de l’entrepreneuriat s’est allumée dans le cœur de Kanita, de Patcharin et de Wipa. Elles ont délibérément adapté leurs services aux attentes de leur clientèle mais aussi en réaction aux préjugés liés à leurs professions. Le soutien de leurs époux et d’autres associés a été déterminant puisqu’ils ont pris en charge les tâches difficiles à accomplir sans maîtrise de l’allemand, comme par exemple l’inscription au registre des commerces et la gestion des documents administratifs. En résumé, les découvertes suggèrent qu’un niveau avancé en allemand n’est pas un pré requis indispensable à l’accès à l’entrepreneuriat mais que la perspective de s’engager dans le domaine de l’entrepreneuriat agit comme une motivation pour améliorer ses compétences en allemand.
Une analyse détaillée des pratiques professionnelles de Kanita dans son salon de massage montre qu’il est possible de travailler en possédant un niveau minimal en allemand. Mais le succès dépend alors de plusieurs facteurs. Pour réaliser au mieux leurs activités professionnelles, Kanita et son personnel puisent dans les ressources linguistiques à leur disposition, en thaï et en allemand. De plus, chaque action réalisée au salon de massage est conçue comme une série d’actions discursives routinières que chaque membre du personnel est capable de maîtriser rapidement. Le plein succès de l’entreprise repose aussi sur le fait que les clients connaissent bien son fonctionnement. Par conséquent, des incohérences formelles en allemand ne gênent pas l’efficacité du travail. Les problèmes viennent alors principalement d’une méconnaissance des routines de travail, de la part des clients ou du personnel. Lorsqu’un problème survient, on tend à le résoudre en faisant appel à la coopération entre collègues ou en utilisant les ressources matérielles accessibles aux membres du personnel.
En comparaison, Patcharin et son personnel possèdent des compétences linguistiques partielles en allemand, ce qui joue un rôle important pour la réalisation des principales actions dans le salon de massage. L’analyse montre que leurs compétences en allemand, même restreintes, sont importantes pour leur travail car il fournit à Patcharin et à ses employés les outils nécessaires à l’élaboration de pratiques discursives pendant le massage. Ils peuvent ainsi déterminer les problèmes de santé de leurs clients, construire des relations avec eux, donner des instructions ou des précisions quant à un traitement ou fournir une évaluation liée à leurs questions de santé. Parler est une part importante du traitement par le massage dans le salon de Patcharin et la parole permet de construire l’identité professionnelle qu’elle affirme être la sienne, notamment pour fournir un service haut de gamme et personnalisé à ses clients. Le thaï est moins pertinent, mais les interactions entre Patcharin et ses employés sont utiles à l’organisation du travail et à l’échange d’informations.
Wipa possède des compétences importantes en allemand et en thaï, ce qui lui permet de diriger son commerce et de servir ses clients en toute indépendance et avec compétence, conformément à ses aspirations professionnelles. Les principales actions permettant à Wipa d’expliquer et d’organiser son stock montrent bien comment elle utilise aussi bien le thaï que l’allemand afin de les réaliser efficacement. Ses compétences en allemand et en thaï lui permettent de faire des choix rationnels quant aux choix des fournisseurs appropriés, elle peut également fournir à ses clients une écoute attentive et des conseils selon leur langue et de leur culture.
Les conclusions qui se dessinent à la lumière de ces résultats tendent à indiquer qu’un niveau avancé en allemand n’est pas un pré requis à l’accès pour les immigrés à l’entrepreneuriat. Les chefs d’entreprise adaptent alors leurs tâches professionnelles à leur propre niveau de compétences linguistiques et ils sont alors efficaces. D’ailleurs, un entrepreneur trouve dans son travail la motivation nécessaire et le besoin de s’approprier l’allemand. D’un autre côté, les données suggèrent qu’une meilleure connaissance de l’allemand est fondamentale si l’entrepreneur tient à se démarquer de ses concurrents puisque cela lui permet d’aller au-delà de la réalisation des tâches routinières.
Institute for Research on Multilingualism
Researchers ; Professionals ; Students ; General public
http://hdl.handle.net/10993/22075

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
Thesis_SKSerwe_092015.pdfAuthor postprint20 MBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBilu are protected by a user license.