Reference : Espaces de frontière. Penser et analyser la frontière en tant qu’espace
E-prints/Working papers : First made available on ORBilu
Social & behavioral sciences, psychology : Human geography & demography
Social & behavioral sciences, psychology : Regional & inter-regional studies
Arts & humanities : Multidisciplinary, general & others
http://hdl.handle.net/10993/21976
Espaces de frontière. Penser et analyser la frontière en tant qu’espace
French
Wille, Christian mailto [University of Luxembourg > Faculty of Language and Literature, Humanities, Arts and Education (FLSHASE) > Identités, Politiques, Sociétés, Espaces (IPSE) >]
2015
Université du Luxembourg
MIS Working Paper 4
Yes
[fr] espace ; frontière ; border studies
[en] Les frontières se différencient non seulement en fonction des domaines d'étude où elles sont opérantes ou dans lesquels elles se constituent, mais également en termes de modes de (re)production et de formes. Cette communication traitera en premier lieu de la forme de la frontière, sachant que ce n’est pas la frontière territoriale en tant que ligne qui importera, mais plutôt son caractère zonal et la question de savoir comment il est possible de l'aborder dans une perspective théorico-conceptuelle aux fins de l’étude empirique. Il est plus judicieux de considérer les frontières territoriales comme zones ou espaces, la métaphore de la ligne s'avérant une pure fiction. Jusqu’au XVIIIe siècle, les frontières étaient conçues comme des espaces de contact et des zones de transition (convoitées), ce n’est qu’avec l’avènement d’États nationaux modernes que s’établit le concept de frontière comme ligne – sans qu’elle n’ait perdu empiriquement son caractère zonal. C’est ce qu’on peut notamment constater dans les régions transfrontalières où les frontières territoriales ne peuvent se réduire à leur fonction de différenciation ou de passerelle, mais au contraire s’élargissent – comme le montre la mobilité transfrontalière des travailleurs, des consommateurs ainsi que la mobilité résidentielle – se transformant ainsi en zones de l'entre-deux. Ces zones ne peuvent pas être concédées aux espaces situés en deçà et au-delà d’une frontière territoriale, elles représentent en revanche des espaces autonomes, lesdits « espaces de frontière » qui revêtent une identité liminale.
L'objet de cette communication est de savoir comment il est possible de décrire et d'étudier de tels espaces que l'on peut observer comme productions quotidiennes. Il s’agit (1) de percevoir de manière conceptuelle le caractère zonal de la frontière, donc la dimension spatiale, (2) le potentiel innovateur et imprévisible de la liminalité et ainsi la contingence sociale. La géographie sociale et la sociologie de la culture en livrent des points de départ pertinents. La mise en relation d’approches concernant l’espace et la pratique sociale issues de ces deux disciplines représente la base du modèle « espaces de frontière » qui permet de penser les frontières en tant qu’espaces et met en place une heuristique destinée à l’étude de constitutions spatiales centrées sur le sujet comme (re)productions des frontières. Les pratiques sociales, la connaissance pratique ainsi que les aspects physico-matériels et socio-structurels tels qu'ils sont appropriés et engendrés par les « frontaliers » dans des références transfrontalières, font partie des catégories d'analyse.
Researchers ; Professionals ; Students ; General public ; Others
http://hdl.handle.net/10993/21976

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
2015_MIS-WP-04.pdfEspaces de frontière. Penser et analyser la frontière en tant qu’espaceAuthor postprint1.8 MBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBilu are protected by a user license.