Reference : L’orientation lors du passage « fondamental-secondaire » au Luxembourg : une nouvelle...
Scientific congresses, symposiums and conference proceedings : Unpublished conference
Social & behavioral sciences, psychology : Education & instruction
http://hdl.handle.net/10993/20026
L’orientation lors du passage « fondamental-secondaire » au Luxembourg : une nouvelle approche centrée sur les compétences?
French
[en] The orientation process between primary and secondary education in Luxembourg: a new approach based on competencies?
Houssemand, Claude mailto [University of Luxembourg > Faculty of Language and Literature, Humanities, Arts and Education (FLSHASE) > Education, Culture, Cognition and Society (ECCS) >]
Meyers, Raymond mailto [University of Luxembourg > Faculty of Language and Literature, Humanities, Arts and Education (FLSHASE) > Education, Culture, Cognition and Society (ECCS) >]
Martin, Romain mailto [University of Luxembourg > Faculty of Language and Literature, Humanities, Arts and Education (FLSHASE) > Education, Culture, Cognition and Society (ECCS) >]
Pignault, Anne mailto [University of Luxembourg > Faculty of Language and Literature, Humanities, Arts and Education (FLSHASE) > Education, Culture, Cognition and Society (ECCS) >]
29-Jan-2015
Yes
International
27e colloque de l'Adméé Europe
28-01-2015 to 30-01-2015
Adméée Europe
Liège
Belgium
[en] rientation ; competencies ; luxembourg
[en] La réforme de l’enseignement fondamental a introduit en 2009 de nouvelles modalités d’enseignement et d’évaluation au Luxembourg : les trois cycles d’apprentissage de deux ans, les socles de compétences, l’évaluation sans notes chiffrées mais en termes de compétences. À partir de 2012-2013, les bilans intermédiaires et le bilan de fin de cycle remplacent les bulletins à notes chiffrées en tant qu’outils d’évaluation utilisés dans la procédure d’orientation à la fin du fondamental. Les modalités du passage de l’école fondamentale au lycée sont adaptées en conséquence.
Les grandes lignes de la procédure d’orientation en vigueur depuis 1996 sont maintenues. Le conseil d’orientation, composé de l’inspecteur et de l’enseignant principal de l'enfant, ainsi que de professeurs de l’enseignement secondaire et secondaire technique, se prononce sur l’orientation de l’élève. L’avis d’orientation, formulé et motivé par le conseil d’orientation, est dorénavant appelé « décision d’orientation » pour souligner son caractère contraignant, sauf si les parents introduisent un recours, ce qui entraine l'organisation d'épreuves d'accès à l'enseignement secondaire et secondaire technique. Les éléments à la base de la décision d’orientation restent inchangés :
- Les apprentissages et la progression de l’élève, consignés dorénavant dans les bilans intermédiaires et le bilan de fin de cycle ;
- L’avis du titulaire de classe et l’avis des parents ;
- L’avis du psychologue si les parents le demandent ;
- Les résultats aux épreuves communes. Ces épreuves en allemand, français et mathématiques sont les mêmes pour tous les élèves du pays. Ces dernières, et là se trouve la nouveauté, renseignent sur le développement des compétences de l’élève par rapport aux niveaux de compétence attendus à la fin de ce dernier cycle.
Cette procédure d'orientation adaptée, plus centrée sur les compétences, est la suite logique de la réforme du fondamental. Mais quels sont les enjeux et les conséquences pratiques pour les élèves et les parents, notamment d'origine étrangère? Ce changement est-il purement cosmétique ou aura-t-il un réel impact sur les pratiques d'orientation?
Ministry of Education Luxembourg
Researchers ; Professionals ; Students ; General public
http://hdl.handle.net/10993/20026

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
Presentation-ADMEE-Liege.pdfAuthor preprint676.53 kBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBilu are protected by a user license.