Reference : Regards sur les cambriolages et les tentatives de cambriolages
E-prints/Working papers : Already available on another site
Social & behavioral sciences, psychology : Sociology & social sciences
Law, criminology & political science : Criminology
http://hdl.handle.net/10993/19992
Regards sur les cambriolages et les tentatives de cambriolages
French
Heinz, Andreas mailto [University of Luxembourg > Faculty of Language and Literature, Humanities, Arts and Education (FLSHASE) > Integrative Research Unit: Social and Individual Development (INSIDE) >]
Steffgen, Georges mailto [University of Luxembourg > Faculty of Language and Literature, Humanities, Arts and Education (FLSHASE) > Integrative Research Unit: Social and Individual Development (INSIDE) >]
Frising, Armande []
Reichmann, Liliane []
9-Feb-2015
Statec
Regards N°02/2015
4
No
2304-7135
Luxembourg
Luxembourg
[fr] fréquence des cambriolages ; présence de drogue dans le quartier ; satisfaction avec la procédure policière ; détails sur le cambriolage le plus récent ; motifs pour ne pas déclarer le cambriolage ; enquête sur la sécurité
[fr] Selon l’enquête sur la sécurité 2013, 10% des ménages ont été victimes d’un cambriolage et 9% ont subi une tentative de cambriolage au cours des 5 dernières années. Il s’agit d’introductions ou de tentatives d’introduction dans leur bien immobilier au Luxembourg ou à l’étranger. La grande majorité des effractions (83%) a eu lieu au Grand-Duché et près d’un tiers (35%) se sont produites entre 22h et 6h. Dans 73% des cas, l’habitation était visée ; les installations extérieures, annexes et abris de jardin étant moins souvent concernés (26%). Si dans près de 8 cambriolages sur 10 un vol a effectivement été commis, la violence physique quant à elle reste plutôt rare (2%). 21.5% des incidents n’ont pas été déclarés à la police, en général parce que les victimes ont jugé que ça n’en vallait pas la peine. Lorsque le cambriolage a été déclaré, 47% des déclarants étaient « très satisfaits » et 23% « satisfaits » des services de la police. Les victimes de cambriolages ou tentatives de cambriolages sont davantage d’avis que le niveau de criminalité a globalement augmenté que les non-victimes. Ils apprécient moins le travail de la police et des tribunaux et se prononcent plutôt en faveur de peines de prison pour les cambrioleurs tandis que les non-victimes plaident plutôt pour des sanctions sous forme de travaux d’intérêt général.
Researchers ; Professionals ; General public
http://hdl.handle.net/10993/19992
http://www.statistiques.public.lu/catalogue-publications/regards/2015/PDF-02-2015.pdf

File(s) associated to this reference

Additional material(s):

File Commentary Size Access
Open access
PDF-02-2015.pdf627.26 kBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBilu are protected by a user license.