Reference : Regards sur les répercussions émotionnelles ressenties par les victimes de délits
E-prints/Working papers : Already available on another site
Social & behavioral sciences, psychology : Sociology & social sciences
Law, criminology & political science : Criminology
http://hdl.handle.net/10993/18159
Regards sur les répercussions émotionnelles ressenties par les victimes de délits
French
Heinz, Andreas mailto [University of Luxembourg > Faculty of Language and Literature, Humanities, Arts and Education (FLSHASE) > Integrative Research Unit: Social and Individual Development (INSIDE) >]
Steffgen, Georges mailto [University of Luxembourg > Faculty of Language and Literature, Humanities, Arts and Education (FLSHASE) > Integrative Research Unit: Social and Individual Development (INSIDE) >]
Bodson, Lucile []
Reichmann, Liliane []
2-Oct-2014
Statec
Regards
4
No
2304-7135
Luxembourg
Luxembourg
[fr] victimation ; enquête sur la sécurité ; répercussions émotionnelles ; sentiment de sécurité ; crainte d'une agression physique
[fr] Dans le cadre de l’enquête sur la sécurité, les personnes interrogées devaient indiquer si elles ont été victimes de délits (14 types de délits) lors des cinq dernières années et le cas échéant, signaler si le délit en question a eu sur eux des « répercussions émotionnelles plutôt fortes », des « répercussions émotionnelles plutôt légères » ou « aucune répercussion ». Les répercussions émotionnelles plutôt fortes ont le plus souvent été constatées chez les victimes d’actes de violence, et le moins souvent chez les victimes de demandes de pots-de-vin. Certes moins touchées par des délits que les plus jeunes, les personnes âgées affirment néanmoins plus souvent subir des répercussions émotionnelles plutôt fortes suite à ces délits. De même, les femmes sont un peu moins fréquemment victimes de délits mais, le cas échéant, font plus souvent état de répercussions émotionnelles plutôt fortes. Par ailleurs, les victimes d’actes criminels ayant abouti à des répercussions émotionnelles plutôt fortes se distinguent des non-victimes ainsi que des victimes qui n’ont mentionné aucune ou peu de répercussions émotionnelles, sous les aspects suivants : par rapport aux autres groupes susmentionnés, une attaque à main armée est pour eux plus probable, ils craignent davantage une agression et se sentent moins en sécurité dans leur quartier. En outre, ils apprécient moins le travail de la police et des tribunaux et se prononcent plutôt en faveur de peines de prison sans sursis.
Researchers ; Professionals ; General public
http://hdl.handle.net/10993/18159
http://www.statistiques.public.lu/catalogue-publications/regards/2014/PDF-19-2014.pdf

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
PDF-19-2014.pdfPublisher postprint158.52 kBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBilu are protected by a user license.