Reference : Modèles de comportements collectifs et coopératifs
Parts of books : Contribution to collective works
Social & behavioral sciences, psychology : Human geography & demography
Social & behavioral sciences, psychology : Multidisciplinary, general & others
http://hdl.handle.net/10993/10112
Modèles de comportements collectifs et coopératifs
French
Provitolo, Damienne []
Frankhauser, Pierre [> >]
Morer, Myriam [> >]
Enaux, Christophe [> >]
Ansel, Dominique [> >]
Agbossou, Igor [> >]
Peeters, Dominique [> >]
Caruso, Geoffrey mailto [University of Luxembourg > Faculty of Language and Literature, Humanities, Arts and Education (FLSHASE) > Identités, Politiques, Sociétés, Espaces (IPSE) >]
2012
La Décision d'Habiter Ici ou Ailleurs
Dominique, Frankhauser Pierre Et Ansel
Economica
175-227
Yes
[en] théories ; choix résidentiel ; comportement collectif ; coopératif ; émergence ; complexité ; modélisation
[en] Le choix résidentiel est considéré comme un acte individuel ou celui d'un " mini-groupe " (famille) qui est conditionné par des références collectives. De ce fait, il s'appuie sur des informations (renommée de quartiers, d'une école, accessibilité à des services, commerces ...) mais il contribue également à l'émergence de tendances (préférence de certains modes de vie et de quartiers ...) qui peuvent \^etre à l'origine de flux migratoires. Ces derniers participent à l'émergence de nouvelles configurations spatiales à l'échelle d'une ville, donc de phénomènes macroscopiques. De telles tendances sont donc le résultat d'interactions entre individus et groupe sociaux, entre individus et société, ce qui nous amène à considérer les phénomènes émergents dans ce chapitre d'ouvrage. Afin d'aborder les comportements émergents dans le domaine de la mobilité quotidienne et résidentielle, quatre théories, qui constituent l'ossature de ce chapitre, sont présentées : deux d'entre elles s'inscrivent dans des champs disciplinaires, à savoir la physique et la psychologie sociale, tandis que les deux autres sont du domaine des systèmes complexes. Il s'agit respectivement des théories de la synergétique (issue de la physique des lasers) et de la dissonance cognitive (issue de la psychologie sociale) et des théories de l'auto-organisation critique (Bak (1996)) et des jeux (von Neumann (1944)). Le choix de ces quatre cadres théoriques n'est pas anodin. Ces derniers permettent, du point de vue du théoricien et du modélisateur, de centrer l'analyse des phénomènes émergents autour des interactions et des jeux d'échelles, autour de l'étude des phénomènes critiques et des points de rupture (synergétique, auto-organisation critique) ou des équilibres (usage de la théorie des jeux coopératifs et non coopératifs en économie), et autour des dynamiques lentes et rapides des systèmes. Les auteurs ont pris le parti d'associer à chacune de ces présentations théoriques des modèles, certains con cus spécifiquement dans le cadre de du projet ECDESUP, d'autres construits par nos prédécesseurs.
Researchers
http://hdl.handle.net/10993/10112
http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00757119

There is no file associated with this reference.

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBilu are protected by a user license.