References of "Kerivel, Aude 50009219"
     in
Bookmark and Share    
Peer Reviewed
See detailRunning together to explore the city: How foreigners discover the city through experiences of a sports group
Kerivel, Aude UL; Vysotskaya, Volha UL

in Fuchs, Julien; Vivier, Christian (Eds.) Dossier spécial « La ville et le sport » (2018)

How do foreigners, who come to Luxembourg for work, discover the city through sport? This is one of the questions asked during ethnographic research focusing on a sports group in two research ... [more ▼]

How do foreigners, who come to Luxembourg for work, discover the city through sport? This is one of the questions asked during ethnographic research focusing on a sports group in two research organisations employing a large percentage of foreigners. The inductive approach of grounded theory was developed for the exploration of the working migrants’ sensitive experience of integration into the new country. The concepts of interaction and integration, borrowed from the Chicago School, were the theoretical tools for analysis of the data collected through observations, interviews, and maps of the working environments. The article discusses the integration of its members into the city, as well as their interaction with the spaces outside their work in various degrees and explores how, through the sports group at work, foreigners working in the country discover places that are otherwise limited to outside of their working space. The analysis concludes by showing how running in/with the group serves as a medium through which people interact with the city and its history and build their own story in the city. [less ▲]

Detailed reference viewed: 55 (4 UL)
Peer Reviewed
See detail• Climat scolaire : l’expérience des « grands et des grandes » de l’école élémentaire. Filles et garçons donnent leur point de vue sur la violence et son contraire.
Kerivel, Aude UL

Scientific Conference (2016, October 12)

Parce que la question de la violence ne peut s’étudier en dehors de l’organisation dans laquelle elle se déroule les recherches sur la violence à l’école ont progressivement élargie leur objet au climat ... [more ▼]

Parce que la question de la violence ne peut s’étudier en dehors de l’organisation dans laquelle elle se déroule les recherches sur la violence à l’école ont progressivement élargie leur objet au climat scolaire. Une manière de ne pas se focaliser sur les évènements exceptionnels mais de considérer la dimension subjective de la violence du point de vue des auteurs, victimes et témoins des situations. L’objet de notre recherche était de recueillir l’expérience des élèves, afin de reconstruire les formes, les causes, les effets et conséquence des situations de violence. Comment les élèves de CM1 et de CM2, « les grands et grandes » de l’école élémentaire -comme ils se nomment- décrivent-il ce qu’ils perçoivent comme violent ? Comment agissent-ils/elles en réponse à cette violence ? Qu’est ce qui permet aux élèves de se sentir en sécurité ensemble à l’école ? Telles sont les questions que nous nous sommes posées. Menée entre 2012 et 2014 dans 22 écoles en réseau éducation prioritaire notre enquête a croisé le regard des enseignants, parents et élèves. Mais nous nous centrerons dans cette présentation au résultat auprès des élèves qui sur la question du genre est venu contredire les représentations des enseignants. Au total ce sont les expérience de près de 500 élèves que nous avons recueillis par le biais d’entretien collectif et surtout d’un questionnaire ludique construit à partir de dessins. Un outil construit dans un va-et-vient entre terrain et théorie propre emprunté à la grounded theorie (Glaser and Strauss). Cette méthode a permis de ne pas utiliser les catégories trop souvent imposé par les enseignants lorsqu’il est question de violence à l’école. Contrairement aux propos des enseignants, la violence n’est pas qu’une affaire de garçons. Les élèves parlent de bagarres et de leurs éventuelles possibilités de résolution, de la souffrance causée par l’exclusion et de l’impuissance face aux cas de harcèlements. Si les expériences de la violence ne sont pas tout à fait les mêmes pour les filles et les garçons dans la classe, le couloir, la cours de récréations ou le terrain de sport. Filles et garçons se rejoignent lorsqu’ils parlent d’amitié, de la relation à l’enseignant, des régulations, des espaces et des rites. Car parler de la violence conduit aussi a interroger son contraire. [less ▲]

Detailed reference viewed: 92 (1 UL)
Peer Reviewed
See detailDoes emotion have a gender? Violence, bullying and emphaty at school. Girls‘ and boys‘ experiences
Kerivel, Aude UL

Scientific Conference (2016, July 13)

Our research departed from the topic of violence at school, with the focus on school climate. Victimation surveys (which consider children’s point of view, and not only teachers’ point of view) have ... [more ▼]

Our research departed from the topic of violence at school, with the focus on school climate. Victimation surveys (which consider children’s point of view, and not only teachers’ point of view) have allowed to expand the question of violence and bullying to school climate Girls and boys at school, are usually called by their gender. According to teachers, violence at school is essentially the question of boys, as shown by Ayral (2012), and are most often sanctionned. (In her survey in Collège 84-97% of pupils, sanctionned for violence against others, are boys). Work on violence at school leads us to look at children’s experience to understand a subjective phenomenon (Michaud, 1978) and to consider the point of view of victims, of authors, and witnesses, as well as the context: Elementary School. The observation of girls groups vs boys groups leads to different experiences of violence and different perceptions of places at school. But these differences are less important than teachers‘ representations. Interactions between a teacher and pupils, and also among pupils, generated from the pedagogic moment in the classroom, and emphasize differences between girls and boys. Empathy traning contributes to reducing gaps between boys and girls, constitues an interesting line of approach. While girls and boys‘ emotions are realtively similar, (they are similar representations) , then why observing such a difference in violence expression (action are more different) ? [less ▲]

Detailed reference viewed: 91 (1 UL)
Peer Reviewed
See detailGather childrens experiences from grounded theory to methodological innovation Violence, bullying and empathy: the point of view of pupils of 9 to 12 years old
Kerivel, Aude UL

Scientific Conference (2016, July 13)

The aim of this presentation are:To discuss the process of data collection tools in researching the topic of violence, bullying and empathy experiences of children between 9 to 12 years old in 20 classes ... [more ▼]

The aim of this presentation are:To discuss the process of data collection tools in researching the topic of violence, bullying and empathy experiences of children between 9 to 12 years old in 20 classes of Elementary School. To discuss how the use of grounded theory and how the specificity of the field and topics lead to methodologic inovation. To present the methodological work for collecting children experiences that could allow avoiding researcher’s impact/ imposition. To encode qualitative data to quantitative data. In this presentation I talked about some step by step processes; moveover we developed these steps at the stage of collecting qualitative data from the perspective of children, we have later verified these results with the statistical analysis. Out quantitative data show that: 24% of our population (children betwen 9 and 12 years) have already been involved in bullying situations (victim, author or witness) and 15,2% have already been victims of bullying. In another research with teenagers (11-16 years) Debardieux, counted 10% (2011). Differences between girls and boys show the ambivalence betwen discourse and act. By anticipation, we assume a specific population. We interprete a number of facts that are linked to children. Yet the comparison of non comparable groups allows us to produce a formal general theory (Glasser and Strauss, 2010:152). It allows us to compare bullying at school and suffering at work. We could use methodological inovation for all kinds of population [less ▲]

Detailed reference viewed: 53 (0 UL)
Full Text
See detailLa violence en ITEP. Stigmates de la violence et violence du stigmate : l’expérience des enfants, des jeunes et de leurs familles
Kerivel, Aude UL; Danteur, Thibault

in Vie sociale et traitements (2016), 130

Nous souhaitons ici donner la parole à une population considérée bien souvent comme auteur des situations de violence : les enfants et jeunes ayant des « troubles du comportement » accueillis en ... [more ▼]

Nous souhaitons ici donner la parole à une population considérée bien souvent comme auteur des situations de violence : les enfants et jeunes ayant des « troubles du comportement » accueillis en Instituts thérapeutiques, éducatifs et pédagogiques (ITEP), ainsi qu’à des témoins importants de leur trajectoire : leurs parents. Huit groupes d’une dizaine d’enfants et de jeunes et quatre groupe de six à douze parents dans quatre ITEP ont été rencontrés à trois reprises entre 2011 et 2014. Comment enfants, jeunes et parents définissent-ils la violence ? Quelles sont les situations vécues comme particulièrement violentes ? Quels rôles jouent les différentes institutions dans la définition de la violence ? Quel est le poids d’une catégorisation médicalisée sur les épaules de ceux qui la portent ? Et comment cette catégorie est-elle rendue intelligible par les jeunes comme par les professionnels et les familles ? Telles sont les questions que nous nous poserons. Nous verrons donc de quelle manière vio- lences et stigmates sont intimement liés. Si mettre le stigmate aux sources de la vio- lence est une hypothèse, le désigner comme une forme de violence est un résultat central dans notre recherche. Parents, enfants et jeunes parlent d’exclusion, de catégorisation, d’isolement, de stigmates, et ce au passé, au présent et au futur. [less ▲]

Detailed reference viewed: 226 (34 UL)
Full Text
See detailDes séparations aux rencontres en camps et colos Rapport d’évaluation du dispositif #GénérationCampColo
Kerivel, Aude UL; Bacou, Magalie; Bataille, Jean-Marie et al

Report (2016)

Renforcer la cohésion sociale et le vivre ensemble dans notre société, tout en favorisant les mixités des jeunesses au sein des camps et des colos, et en contribuant à l’innovation de ces institutions qui ... [more ▼]

Renforcer la cohésion sociale et le vivre ensemble dans notre société, tout en favorisant les mixités des jeunesses au sein des camps et des colos, et en contribuant à l’innovation de ces institutions qui connaissent une désaffection chronique, un triple objectif du dispositif #GenerationCampColo que ce rapport d’évaluation cherche à interroger. Outre des pistes d’innovation, la recherche évaluative interroge les manières de mixer les jeunesses et met en lumière les processus de séparation des publics, en amont, qui entravent les processus de mixité. Ces séparations découlent des politiques publiques sectorielles et du mode de fonctionnement des camps et des colos. Comment passer alors d’une situation de séparation des jeunes, en publics hiérarchisés, à une égalité de traitement dans l’organisation des séjours ? Les résultats montrent la nécessité de construire des séjours « inclusifs » basés sur un accès inconditionnel et un accueil universel. Ces préalables permettront de questionner et discuter, autour d'un « faire ensemble » commun, les socialisations différenciées et les représentations hiérarchisées. [less ▲]

Detailed reference viewed: 239 (2 UL)
Peer Reviewed
See detailTransition from out-of-home care into adulthood : normative framing of autonomy and social capital. The case of France and Luxembourg.
Kerivel, Aude UL; Peters, Ulla UL

Scientific Conference (2016, March 30)

If the end of youth today generally can no longer bee described as "rite of passage" (Lebreton 2002, Galland, 2007), this might still be true for the situation of young people who have been in out-of-home ... [more ▼]

If the end of youth today generally can no longer bee described as "rite of passage" (Lebreton 2002, Galland, 2007), this might still be true for the situation of young people who have been in out-of-home care. Indeed, the "end of support", educational as well as financial, often ends for them by the age of 18. This is the case in France (in some cases to 21 years olds during the contract signing young adults) and in Luxembourg (sometimes till 24). Far from the possibility "of an endless experimentation" Bozon (2002), these young people face a "clean break" which plunges them into an adult life, which is more likely difficult to reach for them (INED 2006). A survey in France showed that care leavers "are greatly over-represented among homeless populations (estimated 23% of 18-24 years), compared with 2% in the general population). For Luxembourg a report by youth centres managers noted the difficulties for young people with no family support to fit into a very expensive rent. In France and in Luxembourg transitions of young people in care are marked by projects like: «projet individualisé», «projet d’autonomie» or «projet personnel à l’autonomie» (France) and «projet d’autonomisation» (Luxembourg ) The notion and the leading concept of autonomy which shapes these projects will be the focus of our discussion. Based on the results of three evaluations (Kerivel 2013) on the consequences of public policies and programs in this field, a study about the trajectories of 122 former foster children in four villages of children (Dubéchot, Doucet-Dahlgen, Kerivel 2014) and on the first results of the TransCare project (qualitative interviews with care providers) we will discuss what they mean for understanding the transitions of young people growing out-of-care to adulthood. A qualitative study is ongoing on the process of transition in Luxembourg (2015) and the experiences of young people. Results pointed at the isolation of many young people (by changing places and losing relations) and the feelings of powerlessness of the professionals who face an early exit for "young people who are not yet autonomous". Conversely, a place or a group that continues facilitates strong links. The transitions of young people leaving care can be characterized as “zones of vulnerability” (Castell 2000). We will contrast the idea of individualized autonomy (“an individualized defined and stable project”) by the concept of social capital (Bourdieu, 1980) and the concept of a relational agency (Burkitt 2015, Barad 2004, Emirbayer 1997), which points at social and material dependencies and interrelatedness. Herein we see a productive way to enrich the debate on care leavers by a perspective on the agentic potentials. The individual project is embedded in social relations and does not exist without a collective and it cannot be achieved without social resources. [less ▲]

Detailed reference viewed: 118 (8 UL)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLes rites des uns et des autres. La sécurisation des corps dans l'espace et le temps scolaire
Kerivel, Aude UL

in Revue EP&S (2016), (83), 129

Agir sur la violence et le harcèlement à l’école implique d’en repérer les causes et les conséquences. C’est dans cette perspective que nous avons mené l’évaluation d’une expérimentation – ... [more ▼]

Agir sur la violence et le harcèlement à l’école implique d’en repérer les causes et les conséquences. C’est dans cette perspective que nous avons mené l’évaluation d’une expérimentation – financée par le FEJ3 – visant à éduquer à l’empathie, par le corps, des élèves de CM1- CM2 afin de lutter contre le harcèlement à l’école. Cette expérimentation coordonnée par Omar Zanna, mise en place empirique de ses travaux théoriques sur l’empa- thie 4, nous a amenés à faire un état des lieux du climat scolaire au sein des classes concernées. Dans la lignée des enquêtes de victimation5 dans l’ensei- gnement secondaire6, nous avons tenté de recueillir les expériences et émotions de 433 élèves d’une vingtaine d’écoles élémentaires7 (CM1 et CM2) et de leurs ensei- gnants. Des entretiens collectifs avec les enseignants et les groupes d’élèves ainsi que la passation d’un question- naire ludique présenté comme une bande dessinée et utili- sant, entre autres, les émoticônes, ont permis de recueillir les expériences et ressentis des enseignants et élèves. Comment l’approche de la violence à l’école, par le biais des interstices de cette organisation, permet d’appré- hender les sentiments de sécurité et d’insécurité des élèves et des enseignants ? C’est ce que nous cher- chons à mettre en lumière au travers de cet article qui se concentre sur les émotions des élèves et des ensei- gnants à l’école. [less ▲]

Detailed reference viewed: 207 (16 UL)
Full Text
Peer Reviewed
See detailÊtre adulte en sortant de structures d’Aide sociale à l’enfance, le capital social au cœur de la définition de l’autonomie
Kerivel, Aude UL

in Vie sociale (2015), Nouvelle série n°12

While the passage from youth to the age of adulthood is no longer generally signified at a specific age, for young people from child protection services this is not the case as it clearly corresponds to ... [more ▼]

While the passage from youth to the age of adulthood is no longer generally signified at a specific age, for young people from child protection services this is not the case as it clearly corresponds to the age of departure from the placement. Leaving the child protection structure is a crucial step. Professionals’ work involves preparing young people for leaving and thus “helping them towards autonomy”. This article deciphers factors that have an impact on this moment of time and can affect what happens later. It discusses the “injunction to be autonomous” and its’ consequences as signified at a relatively early age compared to other groups of young people. Young people from child protection do not have the benefit of a time period enabling them to live through life experiences and they are not permitted to be “young”. Furthermore, these young people and their families often have no social capital. This article shows how can professionals take theses aspects into account in their work with them. [less ▲]

Detailed reference viewed: 134 (16 UL)
Full Text
Peer Reviewed
See detailRecueillir l’expérience d’enfants : de la théorisation enracinée à l’innovation méthodologique. Violence, harcèlement et empathie du point de vue d’élèves de 9 à 12 ans
Kerivel, Aude UL

in Approches inductives (2015), 2(2), 95-128

Recueillir les expériences de violence et de harcèlement à l’école d’enfants (âgés de 9 à 12 ans) et regarder la manière dont la compétence à l’empathie impacte ces situations, tels sont les objectifs de ... [more ▼]

Recueillir les expériences de violence et de harcèlement à l’école d’enfants (âgés de 9 à 12 ans) et regarder la manière dont la compétence à l’empathie impacte ces situations, tels sont les objectifs de cette enquête. Nous proposons dans cet article d’expliciter la face cachée du processus de recherche évaluative, à savoir notre cheminement. La théorisation enracinée nous a menée à l’innovation méthodologique pour approcher au mieux ce phénomène et cette population particulière. Le va-et-vient entre terrain et théorie, et la construction d’un questionnaire ludique visant à « faire parler le terrain », en évitant de manière optimale d’imposer nos préconceptions, nous a conduite à une réflexion sur le recueil de données en sociologie [less ▲]

Detailed reference viewed: 209 (16 UL)
Full Text
See detail« De l’Empathie Pour Lutter Contre le Harcèlement à l’Ecole (EPLUCHE) »
Kerivel, Aude UL

Report (2015)

L’expérimentation évaluée consiste à proposer une éducation à l’empathie pendant deux années scolaires consécutives aux élèves de 20 classes de CM1 puis de CM2, afin de lutter contre le harcèlement à ... [more ▼]

L’expérimentation évaluée consiste à proposer une éducation à l’empathie pendant deux années scolaires consécutives aux élèves de 20 classes de CM1 puis de CM2, afin de lutter contre le harcèlement à l’école. A partir du concept d’empathie, présenté par une équipe de recherche comme la capacité à reconnaître les émotions d’autrui, à assumer le point de vue d’autrui et à manifester de la sensibilité »1, chercheurs, artistes, sportifs, coordonnateurs ECLAIR et enseignants vont co-construire, expérimenter et proposer des séances de jeux sportifs, dansés, théâtre forum et jeux de rôle, toujours associés à des temps de verbalisation. La question que nous pose cette expérimentation est donc la suivante : de quelle manière l’éducation à l’empathie peut-elle permettre de prévenir, résoudre, voire éviter les situations de harcèlement entre pairs et plus largement de violence à l’école ? L’objectif de notre expérimentation est de mesurer l’impact de l’expérimentation sur la population visée, à savoir les élèves, mais aussi les parents et les enseignants de CM1 puis de CM2, de repérer les conditions de mise en œuvre et de transférabilité du dispositif. La choix d’une méthode mixte et innovante alliant observations, observations participantes, entretiens collectifs, questionnaires et questionnaire ludique au début et à la fin de la démarche (à destination des enfants), ainsi que le suivi régulier de l’expérimentation, nous permet de rendre un certain nombre de conclusions quant aux effets de l’expérimentation sur l’ensemble des populations. L’expérimentation, grâce au travail collaboratif et au va-et-vient entre théorie et pratique a su s’ajuster afin de faire en sorte que l’ensemble des enfants et que le plus grand nombre de parents bénéficient du dispositif. Parmi les principaux effets hypothétiques2 de l’expérimentation, nous pouvons repérer une baisse significative du nombre d’enfants concernés par les situations d’exclusion (passant de 47,6% en 2013 à 30,2% en 2014) et de harcèlement (passant de 24% à 12,3%). Au delà des situations de harcèlement, l’expérimentation semble impacter le climat scolaire de manière plus générale, puisqu’on observe par exemple une baisse de la peur dans les situations d’apprentissage telles que le passage au tableau. L’information transmise à la majorité des parents et leur participation, pour une partie, aux goûters, témoignent du fait que l’empathie n’entraine pas seulement l’adhésion des professionnels. Ces derniers, déterminants dans la mise en œuvre du dispositif, ont eux aussi été impactés par l’expérimentation, tant en ce qui concerne une sensibilisation à la notion de harcèlement et une capacité à repérer et agir en équipe en direction de ces situations, que dans la connaissance par le biais de « l’éprouvé » et la capacité à la transmission de l’empathie. Les conditions de réalisation de cette expérimentation tiennent à un ensemble d’éléments : - le soutien et la confiance de la hiérarchie, donnant la possibilité aux enseignants d’accéder à un nouveau concept, incarné par le chercheur à l’origine de la théorie ; - le travail à partir de ce concept permettant aux enseignants prise de recul et appropriation de théorie dont l’intérêt tient à la possibilité d’engagement dans la construction d’une mise en œuvre permise par le temps laissé ; - la possibilité d’expérimenter par le corps, mais aussi de dégager au fur et à mesure de nouvelles notions (émotions, rites...) enrichies par le croisement des différents regards et la rencontre. Enfin, ce que nous pouvons retenir de cette expérimentation, c’est le caractère positif et valorisant de la notion d’empathie, qui propose un autre point de départ que celui de la lutte contre le harcèlement par exemple. Une compétence sociale, qui peut aider au travail d’égalité entre filles et garçons et réconciliant rapport à soi et rapport aux autres. [less ▲]

Detailed reference viewed: 462 (6 UL)
Full Text
Peer Reviewed
See detailJeux d'acteurs dans les structures d'insertion: dépendance, stratégie et détournement. Le rapport des femmes des quartiers populaires aux Institutions.
Kerivel, Aude UL

in Bresson, Maryse; Colomb, Fabrice; Gaspar, Jean-François (Eds.) Les territoires vécus de l'intervention sociale (2015)

Aude Kerivel examine dans le chapitre 16 le rapport entre les femmes de quartier populaire et les institutions d’insertion. Si pour bon nombre d’entre elles, leurs ressources culturelles, économiques et ... [more ▼]

Aude Kerivel examine dans le chapitre 16 le rapport entre les femmes de quartier populaire et les institutions d’insertion. Si pour bon nombre d’entre elles, leurs ressources culturelles, économiques et sociales ne sont pas adaptées à l’autonomisation, toutes ne jouent pas pour autant le jeu des institutions qui leur viennent en aide. Lorsqu’elles tentent de s’émanciper du contrôle social des structures, notamment dans l’utilisation des services, les institutions réaffirment leur rapport de domination. [less ▲]

Detailed reference viewed: 32 (5 UL)
Full Text
Peer Reviewed
See detailRéflexion discursive sur les interstices. De l’oisiveté à l’insécurité : les interstices dans le champ de l’éducation au regard de la Méthode de la théorie enracinée
Kerivel, Aude UL

in Spécificités (2015), 1(n° 7), 111127

« Non-lieu », « entre-deux », zone d’incertitude, d’anomie ou encore de décharge émotionnelle, telles sont les notions explorées dans un va et vient entre terrain et théorie. A partir d’observations de ... [more ▼]

« Non-lieu », « entre-deux », zone d’incertitude, d’anomie ou encore de décharge émotionnelle, telles sont les notions explorées dans un va et vient entre terrain et théorie. A partir d’observations de bagarres entre adolescents dans les temps libres des centres de vacances, la méthodologie de la théorie enracinée nous conduit à interroger le concept d’interstices dans nos sociétés contemporaines. C’est l’envers du décor que nous présentons ici : le cheminement de la recherche fait d’observations, d’hypothèses tantôt réfutées, tantôt confirmées, d’expérimentations, d’intuition et de montée en théorisation. [less ▲]

Detailed reference viewed: 95 (9 UL)
Full Text
Peer Reviewed
See detailConfrontation des temporalités et des représentations. Quand l’expérimentation fait évoluer les catégories institutionnelles
Kerivel, Aude UL

in Agora Débats / Jeunesses (2015), No 69(1), 87-100

Since the concepts of youth and experimentation are often associated and defined by their specificity as regards their relation to time and to existing social categories, this article looks at the way ... [more ▼]

Since the concepts of youth and experimentation are often associated and defined by their specificity as regards their relation to time and to existing social categories, this article looks at the way public policy experiments designed for the young become a space of confrontation between the temporality of the State, of organisations and of young people. Three examples enable us to see that despite these differences, experimentation remains a space-time in which there is room for the expression of each individual’s representations, and the categories can therefore be called into question. [less ▲]

Detailed reference viewed: 48 (9 UL)
Full Text
Peer Reviewed
See detailFaits religieux : postures de jeunes, regards d’animateurs
Kerivel, Aude UL

in Verba, Daniel; Guélamine (Eds.) Interventions sociales et faits religieux (2014)

5.1. Le sens de l’expression d’une identité religieuse pour des adolescents de quartier populaire 5.1.1. L’expérience de la référence aux groupes de pairs 5.1.2. Maisons de quartier et séjours : une face ... [more ▼]

5.1. Le sens de l’expression d’une identité religieuse pour des adolescents de quartier populaire 5.1.1. L’expérience de la référence aux groupes de pairs 5.1.2. Maisons de quartier et séjours : une face à tenir et une place à prendre 5.1.3. Avoir une place à l’adolescence, enjeu de la construction identitaire entre identification et différenciation 5.1.4. En quête de sens 5.1.5. Être dans un groupe et faire face à ses membres 5.1.6. Une (re)valorisation et une reconnaissance qui ne peuvent être remises en question 5.1.7. Repère et ancrage pour vivre les changements 5.1.8. La conversion au passage à l’âge adulte : des trajectoires 5.2. Regards, positionnements et interrogations d’animateurs 5.2.1. L’islam : la religion qui fait parler 5.2.2. La laïcité : débats et mise en pratique 5.2.3. Des animateurs en quête de reconnaissance 5.2.4. L’expérience de la différence 5.2.5. Animateurs et jeunes : des positionnements en miroir Conclusion [less ▲]

Detailed reference viewed: 75 (9 UL)
Full Text
See detail« ROAD 94 (Rassembler des Outils pour l’accompagnement vers l’Autonomie des jeunes dans le Département du Val de Marne)
Kerivel, Aude UL

Report (2012)

Eviter les ruptures de parcours des jeunes en situation de vulnérabilité, tel est l’objectif fixé par Haut commissariat à la Jeunesse dont s’est emparé le Conseil Général du Val-de-Marne, en ... [more ▼]

Eviter les ruptures de parcours des jeunes en situation de vulnérabilité, tel est l’objectif fixé par Haut commissariat à la Jeunesse dont s’est emparé le Conseil Général du Val-de-Marne, en partenariat avec la Protection Judiciaire de la Jeunesse, les missions locales et les association de prévention du département. Si l’Aide Social à l’Enfance et la Protection de la jeunesse s’interrogent sur le devenir des jeunes à la fin de leur prise en charge, la question de l’entrée dans l’âge adulte, l’objectif d’autonomie et d’insertion professionnelle sont une problématique partagée par l’ensemble des organisations partenaires. Après une étude approfondie des manques, besoins et potentiels des jeunes en matière de logement, de formation, d’emploi, de réseau social, de santé et d’accès à la mobilité, le comité technique composé des cadres des organisations porteuses du dispositif et des structures partenaires élaborent un dispositif expérimental : ROAD 94. Après de multiples échanges et tentatives, les bases du dispositif sont créées. Les situations de jeunes pour lesquels les référents manquent de moyen d’action à l’accompagnement sont exposées lors d’une commission. Au cours de celle-ci, les membres de la commission portent un regard réflexif sur la situation et échangent avec le référent, voire avec le jeune concerné. Des allocations financières ponctuelles ou mensuelles, des orientations vers des associations d’insertion par le logement, de parrainage, d’accès à la mobilité ainsi que des prises de rendez-vous pour des bilans médicaux sont proposées. Tout en suivant sa construction et sa mise en œuvre, et en observant l’ensemble des questions qu’elle a suscité, l’évaluation s’est fixée pour objectif de mesurer l’impact du dispositif sur les parcours et trajectoires des jeunes, ainsi que d’objectiver les logiques d’actions, les transformations et la manière dont peut se mettre en place et se maintenir une forme de partenariat. Orientés par l’ASE, la PJJ, les missions locales et les associations de prévention spécialisée, les jeunes ont le point commun d’être à des moments où ils doivent faire face à des changements, des séparations qui dans certains contextes, ou lorsqu’ils s’ajoutent à d’autres séparations ou changements, peuvent entrainer une rupture, faire basculer ces jeunes de la zone de vulnérabilité à une zone de disqualification sociale1. Concernant l’impact du dispositif sur les parcours des jeunes, nous pouvons noter une évolution ou une possibilité de maintien des situations de logement, de formation ou d’emploi pour la majorité des jeunes accompagnés. D’un point de vue plus compréhensif, le dispositif a permis aux jeunes de s’inscrire dans des « projets » adaptés aux moments de leur parcours, à leur capacité et possibilité de projection et à leurs expériences antérieures. L’outil commission, au-delà d’une fonction d’orientation et de conseil, a permis une appréhension plurielle du jeune, évitant ainsi un étiquetage lié au passage dans une institution repérée. En ce qui concerne les logiques d’action et les transformations des organisations, nous pouvons retenir quelques points qui doivent être pris en compte pour une éventuelle généralisation du dispositif. Un véritable partenariat a autorisé le passage de relais et l’augmentation du pouvoir d’acteur de chacun des professionnels de terrain. Ce partenariat a été rendu possible par un pilotage resserré du dispositif, la visibilité d’un projet d’envergure, le souci de communication sur celui-ci, l’intérêt d’un travail commun à toutes les organisations pour résoudre des problèmes rencontrés par chacune, l’intérêt aux différents échelons de l’organisation (par exemple, l’aspect formatif de la commission présentait un intérêt pour les référents de terrain), le rapport d’égalité permis dans l’espace temps de la commission, ainsi que le sentiment d’être acteur et porteur d’un dispositif, surtout du point de vue des cadres membres de la commission. Le travail de connaissance de l’ensemble des organisations travaillant de près ou de loin la question de l’insertion de la jeunesse sur le territoire, la collaboration des organisations porteuses du projet et les moyens financiers et matériels permettant d’agir pour favoriser l’expérimentation de la posture d’acteurs des jeunes accompagnés, tels peuvent être les axes à reprendre pour la mise en place d’autres dispositifs. [less ▲]

Detailed reference viewed: 62 (3 UL)
Full Text
See detailIls ne respectent rien... Mais qui les respecte?
Kerivel, Aude UL

in Psychomédia (2011)

La société s'interroge sur les actes irrespectueux de certains jeunes et ces derniers demandent du respect. Un paradoxe qui nous amène à donner la parole aux jeunes afin de comprendre le sens qu'ils ... [more ▼]

La société s'interroge sur les actes irrespectueux de certains jeunes et ces derniers demandent du respect. Un paradoxe qui nous amène à donner la parole aux jeunes afin de comprendre le sens qu'ils donnent au respect. D'un point de vue théorique et empirique, le respect se caractérise par sa pluralité de sens (dans la forme et le fond) et se définit souvent pas son contraire: l'irrespect. les deux sont directement liés: agir de manière irrespectueuse peut être un moyen de tenir l'autre en respect. [less ▲]

Detailed reference viewed: 30 (5 UL)
See detailJeunesses et respect dans une société fragmentée En quoi respect et reconnaissance sont au cœur des constructions identitaires des jeunes et de leur intégration dans la société ?
Kerivel, Aude UL

Doctoral thesis (2009)

La société s’interroge sur les actes irrespectueux de certains jeunes et ces derniers demandent du respect. Un paradoxe qui nous amène à donner la parole aux jeunes afin de comprendre le sens qu’ils ... [more ▼]

La société s’interroge sur les actes irrespectueux de certains jeunes et ces derniers demandent du respect. Un paradoxe qui nous amène à donner la parole aux jeunes afin de comprendre le sens qu’ils donnent au respect. D’un point de vue théorique et empirique, le respect se caractérise par sa pluralité de sens (dans la forme et le fond) et se définit souvent par son contraire : l’irrespect. Les deux sont directement liés : agir de manière irrespectueuse peut être un moyen de tenir l’autre en respect. L’irrespect subit par les jeunes nous conduit alors à considérer ces expériences en tant que relation intersubjective au travers de l’identité de l’offenseur et de l’offensé. Perçue comme égalitaire et réciproque, la relation de respect implique dans les discours des jeunes une hiérarchie ; celle ci nous amenant à interroger la notion d’autorité. L’autorité, autrefois inhérente au rapport entre adultes et jeunes, est aujourd’hui tantôt contestée, tantôt perçue comme une nécessité. Dans le contexte d’une société que l’on peut qualifier de fragmentée, la quête de respect nous semble au cœur des constructions identitaires des jeunes et de leur intégration. Les jeunes se trouvent au centre de multiples paradoxes : une liberté restreinte parmi des possibles déterminés, une égalité inaccessible dans la distribution de l’estime et une fraternité remise en cause par la lutte des places. Pour les jeunes, le respect serait le langage de la reconnaissance permettant la mobilité dans l’espace-temps. Une mobilité conditionnée par le fait d’avoir été considéré comme valable dans le regard de l’Autre et donc la possibilité de se percevoir comme respectable. [less ▲]

Detailed reference viewed: 75 (5 UL)