References of "Bodson, Lucile"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
See detailRegards sur la violence
Heinz, Andreas UL; Steffgen, Georges UL; Bodson, Lucile et al

E-print/Working paper (2014)

Dans le cadre de l’enquête sur la sécurité 2013, 3 025 résidants ont été interrogés sur divers délits violents éventuellement subis. Il en ressort que 17% des personnes interviewées ont été harcelées au ... [more ▼]

Dans le cadre de l’enquête sur la sécurité 2013, 3 025 résidants ont été interrogés sur divers délits violents éventuellement subis. Il en ressort que 17% des personnes interviewées ont été harcelées au cours des 5 années précédant l’enquête (harcèlement moral / menaces / brimades), 4% ont été victimes de vols avec violence, 9% ont subi des violences physiques et 4% ont été victimes de violence sexuelle. Globalement, les jeunes résidants étaient plus exposés que les moins jeunes. Les hommes ont été deux fois plus souvent victimes de vols avec violence que les femmes alors que ces dernières ont beaucoup plus fréquemment vécu des agressions sexuelles. Les victimes de violence sexuelle ont également subi plus fréquemment de la violence physique. La classe d’âges des 25 – 34 ans se dit la moins inquiète par des atteintes physiques, même si elle est la plus concernée. Les hommes les appréhendent également moins que les femmes alors qu’ils en sont presque aussi souvent victimes. Parmi les personnes ayant subi de la violence physique entre 2008 et 2012, 38% en ont été victimes à plusieurs reprises. La plupart des agressions ont eu lieu au Grand-Duché (86%) et l’agresseur a le plus souvent agi seul (70%). 33% des victimes connaissaient leurs agresseurs de nom et dans 26% de ces cas il s’agissait de l’ex-conjoint. [less ▲]

Detailed reference viewed: 90 (13 UL)
Full Text
See detailRegards sur la présence de drogue
Bodson, Lucile; Reichmann, Liliane; Heinz, Andreas UL et al

E-print/Working paper (2014)

Au cours des 12 derniers mois, 35% des résidents âgés de 16 ans et plus ont vu dans leur quartier des consommateurs de drogue, des dealers et/ou ils ont vu trainer des objets en lien avec la consommation ... [more ▼]

Au cours des 12 derniers mois, 35% des résidents âgés de 16 ans et plus ont vu dans leur quartier des consommateurs de drogue, des dealers et/ou ils ont vu trainer des objets en lien avec la consommation de drogue. Ce sont surtout des jeunes qui ont fait ce genre de constat. La présence de drogue est plus importante dans les pôles urbains que dans les communes rurales. Les consommateurs de drogue et les dealers, lorsqu’ils sont « souvent » présents dans le quartier, ont un effet anxiogène sur la population : certaines personnes sortent moins souvent la nuit et évitent de passer à des endroits ou d’emprunter des rues. Certaines personnes se sentent également plus exposées au risque de vol à la tire, de vol avec violence et de cambriolage. Par contre, lorsque ces rencontres avec des consommateurs ou des revendeurs de drogue sont plus exceptionnelles, celles-ci ne semblent pas jouer, ou très peu, sur le sentiment d’insécurité de la population. Les résultats présentés dans ce document sont tirés de l’enquête sur la sécurité de 2013. [less ▲]

Detailed reference viewed: 72 (13 UL)
Full Text
See detailRegards sur les répercussions émotionnelles ressenties par les victimes de délits
Heinz, Andreas UL; Steffgen, Georges UL; Bodson, Lucile et al

E-print/Working paper (2014)

Dans le cadre de l’enquête sur la sécurité, les personnes interrogées devaient indiquer si elles ont été victimes de délits (14 types de délits) lors des cinq dernières années et le cas échéant, signaler ... [more ▼]

Dans le cadre de l’enquête sur la sécurité, les personnes interrogées devaient indiquer si elles ont été victimes de délits (14 types de délits) lors des cinq dernières années et le cas échéant, signaler si le délit en question a eu sur eux des « répercussions émotionnelles plutôt fortes », des « répercussions émotionnelles plutôt légères » ou « aucune répercussion ». Les répercussions émotionnelles plutôt fortes ont le plus souvent été constatées chez les victimes d’actes de violence, et le moins souvent chez les victimes de demandes de pots-de-vin. Certes moins touchées par des délits que les plus jeunes, les personnes âgées affirment néanmoins plus souvent subir des répercussions émotionnelles plutôt fortes suite à ces délits. De même, les femmes sont un peu moins fréquemment victimes de délits mais, le cas échéant, font plus souvent état de répercussions émotionnelles plutôt fortes. Par ailleurs, les victimes d’actes criminels ayant abouti à des répercussions émotionnelles plutôt fortes se distinguent des non-victimes ainsi que des victimes qui n’ont mentionné aucune ou peu de répercussions émotionnelles, sous les aspects suivants : par rapport aux autres groupes susmentionnés, une attaque à main armée est pour eux plus probable, ils craignent davantage une agression et se sentent moins en sécurité dans leur quartier. En outre, ils apprécient moins le travail de la police et des tribunaux et se prononcent plutôt en faveur de peines de prison sans sursis. [less ▲]

Detailed reference viewed: 72 (10 UL)
Full Text
See detailRegards sur les cambriolages
Bodson, Lucile; Reichmann, Liliane; Heinz, Andreas UL et al

E-print/Working paper (2014)

Au cours des 5 dernières années, 10% des ménages ont fait l’objet d’un cambriolage. À ceux-là s’ajoute un autre 5% qui n’a pas fait l’objet d’un cambriolage mais d’une tentative infructueuse de ... [more ▼]

Au cours des 5 dernières années, 10% des ménages ont fait l’objet d’un cambriolage. À ceux-là s’ajoute un autre 5% qui n’a pas fait l’objet d’un cambriolage mais d’une tentative infructueuse de cambriolage. La peur d’être cambriolé est présente : 34% de la population résidente pense pouvoir faire l’objet d’un cambriolage au cours des 12 prochains mois. Qui sont ces personnes ? Où vivent-elles ? Voici deux questions auxquelles nous donnerons des éléments de réponse grâce à l’enquête sur la sécurité de 2013. Le travail d’intérêt général est, aux yeux de la population, la peine la mieux adaptée pour un cambrioleur récidiviste. La peine de prison ferme est deux fois moins plébiscitée. Mais les avis divergent un peu, entre autres, selon la génération et la nationalité. [less ▲]

Detailed reference viewed: 61 (6 UL)
Full Text
See detailRegards sur la protection des logements privés et la vidéo-surveillance publique
Heinz, Andreas UL; Steffgen, Georges UL; Reichmann, Liliane et al

E-print/Working paper (2014)

70% des résidents pensent que la vidéo-surveillance des lieux publics au Luxembourg augmente leur sécurité personnelle, 23% pensent qu’elle n’a pas d’impact et 3% sont même d’avis que la vidéosurveillance ... [more ▼]

70% des résidents pensent que la vidéo-surveillance des lieux publics au Luxembourg augmente leur sécurité personnelle, 23% pensent qu’elle n’a pas d’impact et 3% sont même d’avis que la vidéosurveillance diminue leur propre sécurité. Les personnes qui craignent d’être agressées physiquement ou qui sont inquiètes d‘être victimes d'une attaque terroriste, celles qui trouvent probable d’être victime d’un cambriolage ou d’un vol avec violence, celles qui ne se sentent pas en sécurité dans leur quartier de résidence et celles qui sont d’avis que la criminalité au Luxembourg a progressé au cours des dernières années, s’attendent plutôt à une augmentation de leur sécurité par les systèmes de surveillance sur certains lieux publics. Par contre les résidents qui effectivement ont été victimes d’un délit ou ceux qui sont confrontés à des problèmes de drogues dans leur quartier résidentiel, ont des doutes quant à l’efficacité de la vidéo-surveillance. Les jeunes sont les plus sceptiques. Par ailleurs, 27% des logements sont équipés d’un système d'alarme et 57% ont des portes de sécurité. On retrouve plus souvent ces deux mesures de sécurité dans les maisons unifamiliales que dans les maisons en rangée ou dans les appartements. En outre, la présence de systèmes d'alarme et de portes de sécurité est fortement liée au revenu du ménage. Quant à la possession d'armes à feu en tant que mesure de sécurité elle joue un rôle mineur : seulement 6% des répondants ont déclaré posséder des armes à feu et parmi eux un-tiers évoquent la prévention et la protection contre les crimes pour justifier la présence d’armes à feu chez eux. [less ▲]

Detailed reference viewed: 90 (8 UL)